Qu’est-ce que le volume dans les actions ?

Dans le domaine des actions, le volume des échanges est le nombre d’actions qui ont changé de mains sur un marché donné et au cours d’une période donnée. Par exemple, lorsqu’un trader achète ou vend 100 actions Tesla à un autre trader, le volume des échanges du jour se trouve donc augmenté de 100 unités sur ce marché. Ce nombre d’actions échangées est généralement représenté sous la forme d’un histogramme, c’est-à-dire de rectangles juxtaposés, figurant au bas du graphique du marché concerné.

Il existe d’autres façons de mesurer l’activité propre à un marché financier. On peut notamment s’intéresser au nombre de transactions effectuées, et non au nombre d’actions échangées. Cette méthode présente néanmoins l’inconvénient de pouvoir être trompeuse. Un marché très actif peut n’enregistrer qu’un petit nombre de transactions. C’est le cas si un petit nombre d’investisseurs vendent ou achètent beaucoup d’actions de tel ou tel titre. Dans cet article, je retiens donc la définition qui fait du volume le nombre d’actions échangées.

L’indicateur volume est un des outils privilégiés des investisseurs qui veulent déterminer la nature et la force d’une tendance sur un marché précis. Mais comment peut-on lire les indications fournies par cet indicateur ? Je pose dans cet article les grands principes de l’interprétation du volume.

Voici les sujets abordés dans le présent article :

Le volume dans les actions

volume actions - volume trading - illustration main sur graphique

Pourquoi s’intéresser au volume des échanges ?

Tout d’abord, dans le monde du trading, le volume d’un marché indique à quel point il est liquide. Ensuite, le volume indique le degré d’intérêt ou de conviction que manifestent les investisseurs sur le marché concerné. Le nombre des échanges permet de mesurer l’enthousiasme ou le peu d’enthousiasme qui accompagne une hausse ou une baisse du titre en question. C’est pourquoi le volume joue un rôle important dans l’analyse technique.

Force ou faiblesse

On peut se poser deux grandes questions quand il s’agit du volume du marché étudié. La première question est celle de la force du volume observé. Le volume est-il fort ou faible ? Remarquons d’abord que les notions de volumes forts et de volumes faibles sont relatives. 45 millions d’actions échangées en un jour, c’est peut-être peu pour le titre Tesla, mais c’est sans doute beaucoup pour le titre Macy’s. Un fort volume de trading, ce n’est donc pas un volume qui dépasse tel nombre d’échanges précis, mais un volume supérieur à la moyenne sur le marché considéré.

On peut utiliser une moyenne mobile des volumes pour évaluer la force relative de l’intérêt manifesté actuellement par le marché. Si le volume se situe au-dessus de la moyenne mobile, le volume est relativement fort et l’intérêt du marché pour ce titre est grand. Si le volume se situe au-dessous, le volume et l’intérêt du marché sont relativement faibles.

Augmentation ou diminution

La deuxième question qu’on peut se poser est celle de l’évolution du volume dans le temps. Le volume de trading augmente-t-il ou diminue-t-il sur ce marché ? Si le volume augmente, c’est que les investisseurs manifestent plus de conviction devant le mouvement des prix observé. C’est l’inverse si le volume diminue. Pour juger si le volume augmente ou diminue sur un marché donné, on peut à nouveau s’aider d’une moyenne mobile des volumes. Si la pente de la moyenne mobile est ascendante, cela montre que l’intérêt des opérateurs de marché pour le titre augmente. Si la pente est descendante, leur intérêt diminue.

Mais comment interpréter ces deux informations (force relative du volume et évolution du volume) ? Je vais distinguer le cas des tendances (haussières ou baissières) et celui des trading ranges.

Volume et trading range

Identifier un trading range

Les informations fournies par le volume permettent de juger si on a affaire, sur le marché étudié, à une tendance (haussière ou baissière) ou à un trading range. Dans un trading range, les mouvements observés sont par définition de faible ampleur. De faibles hausses et de faibles baisses sont contenues à l’intérieur d’une bande horizontale plus ou moins étroite. Sur de tels marchés, le volume des échanges est souvent faible. Peu d’investisseurs sont tentés d’entrer sur un marché qui propose peu de volatilité. Et les investisseurs déjà présents qui essuient des pertes sont peu enclins à quitter le marché parce que ces pertes sont aussi faibles que les mouvements qui les causent. La faiblesse du volume peut donc indiquer l’existence d’un marché horizontal.

Dans le graphique hebdomadaire ci-dessous, on peut voir comment le volume s’affaiblit de semaine en semaine sur le marché de l’action Cronos. Dans le même temps, les moyennes mobiles s’aplatissent et se rejoignent, d’une manière caractéristique des marchés sans tendance.

Attention ! L’indication fournie par un faible volume ne permet pas par elle seule de dire avec certitude qu’on a affaire à un trading range. Mais on peut l’associer à d’autres indications, telles que celles de l’ « Average Directional movement Index » (index du mouvement directionnel moyen ») ou l’aplatissement d’une moyenne mobile, pour juger si la tendance est latérale ou non.

Identifier une vraie ou une fausse cassure

Lorsque les prix s’aventurent à l’extérieur du range, on peut aussi observer le volume pour juger s’il s’agit d’une fausse cassure ou d’une vrai échappée. Si la cassure s’accompagne d’une forte hausse du volume, c’est sans doute le signe que les perdants quittent le marché. Le camp opposé a momentanément gagné la bataille et s’apprête à dominer le marché. On peut donc supposer qu’une tendance – haussière dans le cas d’une cassure vers le haut, baissière dans le cas d’une cassure vers le bas – est née.

Si une cassure ne s’accompagne pas d’une forte hausse du volume, on peut soupçonner la présence d’une fausse cassure. La sortie des prix à l’extérieur du range ne suscite pas un grand intérêt chez les investisseurs et ce mouvement a des chances de n’être que de court terme. On peut donc supposer que les prix vont revenir à l’intérieur du range.

Volume et tendance

Volume constant

Les tendances présentent généralement un fort volume à leur naissance, puis des volumes plus faibles, mais relativement constants.

Commençons par examiner le cas d’une tendance haussière. La constance du volume montre que les investisseurs qui quittent le marché sont remplacés par de nouveaux entrants. D’abord, les baissiers qui limitent leurs pertes sont remplacés par des baissiers attirés par les prix élevés. Ensuite, les haussiers qui prennent leurs profits sont remplacés par d’autres haussiers, attirés par l’opportunité de profiter d’une tendance ascendante. C’est que les tendances haussières ont besoin, pour se prolonger, de voir de nouveaux baissiers remplacer les baissiers défaits et de nouveaux haussiers remplacer les haussiers vainqueurs. Et on pourrait dire l’inverse des tendances baissières. Elles ont besoin, pour se prolonger, de voir de nouveaux haussiers remplacer les haussiers défaits et de nouveaux baissiers remplacer les baissiers vainqueurs. On voit que la constance du volume peut être le signe d’une tendance amenée à se prolonger.

Volume en hausse

Lorsque le volume augmente durant un rallye, cela montre que les haussiers sont de plus en plus nombreux à entrer sur ce marché. Cet intérêt des haussiers pour ce rallye est le signe d’une tendance haussière susceptible de se prolonger. Par ailleurs, le volume en hausse est le signe que des baissiers entrent sur le marché et remplacent les baissiers qui le quittent pour limiter leurs pertes. Ce remplacement des baissiers défaits par de nouveaux baissiers est aussi le signe d’une tendance haussière susceptible de continuer. Lorsque le volume augmente durant un sell-off, cela montre aussi que la tendance baissière a des chances de perdurer.

Volume fluctuant

On observe souvent une fluctuation du volume pendant une tendance. S’il s’agit d’une tendance haussière, le volume augmente pendant les rallyes et diminue pendant les pullbacks. S’il s’agit d’une tendance baissière, le volume augmente pendant les baisses de prix et diminue pendant les retracements. C’est le signe que les investisseurs s’intéressent aux mouvements orientés dans le sens de la tendance et se désintéressnt des mouvements dans le sens contraire, ce qui confirme la présence de cette tendance. Dans le graphique journalier ci-dessous, on peut voir comment, après une phase horizontale, les rallyes du titre Facebook ont été ponctués par des flambées du volume de plus en plus importantes (flèche rouge ascendante). La flèche rouge descendante indique néanmoins une tendance haussière alimentée par un volume en baisse. Il est temps pour les haussiers d’envisager de prendre leurs bénéfices.

Lorsque le volume fluctue pendant une tendance haussière, il est intéressant de comparer le volume du rallye actuel au volume du rallye précédent. Si le cours du titre atteint un sommet plus élevé que lors du rallye précédent et que le volume fait de même, le titre a des chances d’atteindre à nouveau, voire de dépasser, les prix concernés. De même, si, dans le cadre d’une tendance baissière, le cours atteint un niveau moins élevé que lors du sell-off précédent et que le volume fait de même, le titre a des chances de descendre à nouveau au niveau, voire au-dessous, de ces plus bas.

Volume en baisse

Lorsqu’une tendance se prolonge mais que le volume des échanges est en baisse, c’est le signe que cette tendance faiblit et qu’un renversement de tendance a des chances de se produire.

Cette règle s’applique particulièrement aux tendances haussières. Lorsqu’un titre parvient à de nouveaux sommets tandis que le volume diminue, on peut s’attendre à renversement de tendance sur ce marché. En effet, le volume diminue parce que les investisseurs sont moins désireux d’entrer sur ce marché. Les haussiers sont moins désireux d’y acheter des actions. Quant aux baissiers qui ont quitté le marché pour limiter leurs pertes, ils n’ont pas été remplacés par d’autres baissiers. Or, une tendance haussière a besoin, pour perdurer, de voir de nouveaux baissiers remplacer les baissiers défaits. Faute de nouveaux entrants pour l’alimenter, la tendance s’essouffle. Dans le graphique journalier ci-dessous, on peut voir comment le volume a pu diminuer (cf. flèche rouge descendante) à mesure que le cours du titre Tesla progressait (cf. flèche rouge ascendante), avant d’entamer une tendance baissière.

Lorsque le volume diminue dans le cadre d’une tendance baissière, les investisseurs sont moins désireux d’entrer sur ce marché. Les baissiers sont moins désireux d’y vendre des actions. Et les haussiers qui ont quitté le marché n’ont pas été remplacés par de nouveaux haussiers. Mais une tendance baissière a besoin de voir de nouveaux haussiers remplacer les haussiers défaits. Faute de nouveaux entrants pour l’entretenir, la tendance baissière s’apprête à toucher le fond et à rebondir.

Comment utiliser l’indicateur du volume sur la plateforme de trading LYNX BROKER ?

Vous pouvez facilement ajouter l’indicateur du volume à la Plateforme de trading de LYNX BROKER. D’autres indicateurs sont également à votre disposition. Vous avez le choix parmi plus de 80 indicateurs techniques sur la plateforme. Comment ajouter l’indicateur du volume ?

Positionnez votre curseur sur le graphique de votre choix et cliquez sur le bouton droit. Le menu de sélection apparaît (cf. graphique ci-dessous). Sélectionnez l’option « Afficher/Masquer Volume ». L’indicateur du volume apparaît maintenant au bas du graphique.

Acheter des actions chez LYNX BROKER

LYNX BROKER vous offre la possibilité d’acheter ou de vendre des actions provenant de sociétés cotées mondialement en bourse. En ligne, via notre plateforme, vous accédez à plus de 100 places boursières de plus de 25 pays. Consultez notre large gamme de produits :

Thomas Giraud

Thomas Giraud

Spécialiste en finance et investissement chez LYNX BROKER

Chaque jour, Thomas Giraud procure des signaux de trading concernant les marchés US et EU dans La Chronique LYNX BROKER.

Articles similaires