Actualité boursière du jour

Grâce à La Chronique LYNX, vous prenez connaissance de toute l’actualité des marchés boursiers. Notre expert met en lumière les chiffres et les faits marquants de la veille et se penche sur les événements susceptibles d’agiter les marchés dans les jours à venir. Chaque jour, il fait le point sur l’actualité des marchés boursiers et propose ses commentaires.

Actualité des marchés boursiers : les dernières nouvelles qui font l’actualité des marchés boursiers

Quelles sont les tendances de la semaine sur les bourses mondiales ? Comment les marchés évoluent-ils aujourd’hui ? Sont-ils dominés par les haussiers ou par les baissiers ? Est-il temps pour les investisseurs de renforcer leurs positions ou de prendre leurs bénéfices ? À quels indicateurs doivent-ils rester attentifs ? La Chronique LYNX vous aide à répondre à ces questions et à vous préparer aux événements qui pourraient orienter les marchés dans un sens ou dans l’autre.


La Chronique LYNX de 26.-02.10.2022

Le moral des entreprises allemandes en berne

Par |
Dans cet article

CBOE Volatility
ISIN: US12497K1007
|
Ticker: VIX
|
Devise: Points

Le S&P 500 a cédé 4,65 % la semaine dernière et le Nasdaq Composite 5,07 %. Quant au Dow Jones Industrial Average, il est brièvement passé sous la barre des 29.439,72 points vendredi. Il est ainsi entré en phase de marché baissier, et ce pour la première fois depuis le krach provoqué par la crise de la COVID-19. Seuls deux des 30 titres du Dow Jones n’ont pas terminé la dernière séance de la semaine en territoire négatif : Home Depot et Johnson & Johnson. La chute du S&P 500 s’est accompagnée d’une hausse du VIX, qui a clôturé à 29,91 points. Mais la question est de savoir jusqu’où l’indice de la peur s’envolera. Aujourd’hui, à 12h30, il dépasse la barre des 30 points, un niveau qu’il avait franchi pour la dernière fois en juin.

LYNX Premium
Contenu exclusif pour les lecteurs de La Chronique


Pour lire l'article dans son intégralité, vous devez être abonné à notre newsletter
La Chronique. Vous n'êtes pas encore abonné ? Inscrivez-vous maintenant sans engagement avec votre adresse e-mail.

Vous recevrez immédiatement le lien d'activation par e-mail !
Si vous êtes déjà abonné, il vous suffit de saisir votre adresse e-mail.

Loading...

Les devises, l’or

La livre sterling continue de chuter face au dollar ce lundi. À 12h30, la monnaie britannique se situe aux alentours de 1,0695 $, après avoir atteint aujourd’hui un plus bas à 1,0354 $, un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis plus de trois décennies. La paire GBP/USD a commencé à plonger vendredi après les annonces du ministre des Finances britannique Kwasi Kwarteng. Le nouveau gouvernement de Liz Truss a dévoilé un programme économique qui prévoit 45 milliards de baisses d’impôts. Le marché des changes craint de voir un programme aussi ambitieux être financé par une forte augmentation de la dette publique. 

L’indice du dollar atteint aujourd’hui son plus haut niveau des vingt dernières années. La force du dollar affaiblit l’or, dont le contrat à terme continu se maintient sous une ligne de support à 1673 $.

L’énergie

Cette semaine, les prix du pétrole poursuivent leur déclin entamé début juin. Le contrat à terme continu sur le Brent affiche une baisse journalière de 0,72 %. Le prix du baril est impacté par la force du billet vert et la perspective d’une récession mondiale.

La chronique LYNX 26092022 - graphique future Brent

À surveiller

Demain, l’indice Conference Board permettra de déterminer le niveau de confiance des ménages américains.

Les marchés mondiaux

En Europe, l’indice IFO, qui mesure le moral des entreprises allemandes, plonge ce mois-ci plus bas que ce à quoi les analystes s’attendaient (84,3 contre 86,9). La hausse des prix de l’énergie continue d’assombrir les perspectives d’avenir pour les entreprises de la première économie européenne. À 12h30, le Stoxx 600 recule de 0,98 %. Chez Euronext Paris, le CAC 40 perd 0,52 %. Parmi les gagnants de la matinée, on compte EssilorLuxottica (+1,92 %), Thales (+1,09 %) et LVMH (+0,97 %). Les perdants sont Carrefour (-3,27 %), Société Générale (-3,16 %) et BNP Paribas (-2,96 %).

Recevez La Chronique LYNX chaque jour par-email !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

La Chronique LYNX : CAC 40, S&P 500, Dow Jones Industrial Average, etc.

Graphiques à l’appui, la Chronique LYNX commente l’évolution des principaux indices boursiers (CAC 40, S&P 500, Dow Jones, NASDAQ, etc.) et la met en rapport avec les facteurs qui l’expliquent. Notre expert met également en avant les actions qui font l’actualité, parce qu’elles suscitent l’intérêt des investisseurs ou qu’elles impactent l’évolution de tout un secteur. Vous obtenez ainsi une vue d’ensemble des marchés, à laquelle vous pouvez confronter vos prévisions.

Actualité des marchés boursiers : évolutions et tendances actuelles

L’évolution actuelle et la tendance actuelle de la bourse sont largement déterminées par l’évolution de l’économie, les données macroéconomiques et l’actualité des sociétés cotées. Ces facteurs affectent non seulement les cours des actions, mais aussi ceux d’autres classes d’actifs tels que les fonds négociés en bourse, les options et les contrats à terme. Les cours des obligations d’État et des matières premières font également l’actualité des marchés boursiers. C’est pourquoi nous suivons attentivement les rendements obligataires, le prix du pétrole et le prix de l’or.

Actualité des marchés boursiers : vision d’ensemble et conseils pratiques

La bourse est un monde complexe composé de différents marchés. Chaque pays, chaque secteur, chaque produit financier est influencé par des facteurs qui lui sont propres. Il est donc difficile d’identifier les risques et les opportunités spécifiques de tous les marchés. Dans la Chronique LYNX, notre expert sélectionne les informations les plus importantes pour vous permettre d’avoir une vue d’ensemble des marchés. Outre les informations qui font l’actualité des marchés boursiers, il vous fournit également des conseils vous permettant de mieux interpréter leur évolution.

--- ---

--- (---%)
Mkt Cap
Vol
Plus haut du jour
Plus bas du jour
---
---
---
---

Displaying the --- graphique

Afficher le graphique du jour


L'actualité des marchés : les dernières infos

Les marchés d’actions enregistrent à nouveau des pertes cette semaine. Ils prévoyaient mercredi une forte hausse du taux directeur de la Réserve fédérale. La banque centrale américaine ne les a pas surpris et a relevé ce taux de 0,75 point de pourcentage. Elle s’attend à devoir augmenter celui-ci jusqu’à 4,40 % d’ici la fin de l’année. Ce qui fait craindre une nouvelle hausse de 0,75 point en novembre. La perspective d’une récession provoquée par la flambée des taux d’intérêt fait chuter le S&P 500, qui enregistre ce vendredi à 12h une baisse hebdomadaire de 2,98 %. En Europe, les mêmes causes produisent les mêmes effets, et le CAC 40 affiche une baisse hebdomadaire de 3,79 %.

Les titres des GAFAM et les valeurs de croissance souffrent particulièrement à l’heure où les rendements obligataires s’envolent. Aux U.S.A., les actions Amazon.com, Tesla et Nvidia ont connu jeudi des baisses journalières comprises entre 1 % et 5,3 %. Dans le même temps, le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans parvenait à son plus haut niveau des onze dernières années.

Les devises, l’or

Les taux d’intérêt américains devraient continuer à augmenter en 2023. La Fed s’attend à devoir relever son taux directeur jusqu’à 4,60 % d’ici la fin de l’année prochaine. Le billet vert semble donc avoir de beaux jours devant lui. L’indice du dollar atteint aujourd’hui son plus haut niveau des vingt dernières années (112,336 points). La Banque centrale européenne devrait elle aussi continuer à durcir sa politique monétaire. Mais il est peu probable qu’elle puisse suivre le rythme de son homologue américaine. La paire EUR/USD perd 2,63 % cette semaine.

La force du billet vert affaiblit l’or, dont le prix est exprimé en dollars. Le contrat à terme continu sur le métal précieux se situe maintenant au niveau d’une zone de support, après avoir atteint mercredi le prix de 1661,3 $ l’once, le plus bas prix qu’il ait connu depuis avril 2020.

L’énergie

La force du dollar affaiblit aussi les prix du pétrole. Et les annonces de la Fed, dont la politique monétaire devrait rester agressive jusqu’à la fin de l’année au moins, renforcent les craintes de voir la demande diminuer sur le marché de l’or noir. Le contrat à terme continu sur le Brent affiche aujourd’hui une baisse hebdomadaire de 2,91 %.

La chronique LYNX 23092022 - graphique future Brent

À surveiller

Aujourd’hui, à 15h45, on connaîtra les indices PMI manufacturier et services de septembre communiqués par l’entreprise Markit concernant les États-Unis.

Les marchés mondiaux

En Europe, les marchés d’actions cèdent à nouveau du terrain après les annonces des banques centrales anglaise, suisse et norvégienne, qui ont toutes les trois procédé à une hausse de taux. À 12h, le Stoxx 600 connaît une baisse journalière de 1,57 %. Chez Euronext Paris, le CAC 40 recule de 1,15 % et se maintient sous les 6000 points. Parmi les gagnants de la matinée, on compte Airbus (+2,24 %) et Safran (+0,10 %). Les perdants sont Compagnie de Saint-Gobain (-2,87 %), Renault (-2,71 %) et TotalEnergies (-2,46 %).

Au terme de sa réunion de politique monétaire, la Réserve fédérale a décidé de relever son taux directeur de 0,75 point de pourcentage. Cette troisième hausse de 75 points de base consécutive pourrait ne pas être la dernière. Selon les projections communiquées par la banque centrale américaine, le taux directeur de la Fed pourrait passer à 4,40 % d’ici la fin de l’année et atteindre un niveau de 4,60 % en 2023. Dans un tel scénario, de nouvelles fortes hausses de taux seraient nécessaires. Et une baisse de taux ne serait pas envisageable avant  2024. Les actions américaines ont plongé après ces annonces. Le S&P 500 a cédé 1,71 %, le Nasdaq Composite 1,79 % et le Dow Jones Industrial Average 1,70 %.

Étant donné les projections de la Fed, il est difficile de ne pas craindre une récession aux U.S.A. Le marché des obligations a intégré hier cette menace dans les cours en aggravant l’inversion de la courbe des taux, inversion qui constitue généralement un signe fiable d’une crise économique à venir. Le rendement des bons du Trésor américain à 2 ans s’est élevé jusqu’à 4,123 %, bien au-dessus du plus haut du rendement à 10 ans (3,640 %). 

Les devises, l’or

La perspective de nouvelles fortes hausses des taux d’intérêt aux États-Unis profite au billet vert. Ce jeudi, à 12h, l’indice du dollar se maintient à un niveau élevé (111,159 points), après avoir atteint plus tôt son plus haut niveau des vingt dernières années (111,814 points).

Le contrat à terme continu sur l’or reste stable aujourd’hui (+0,11 %). En se maintenant au-dessus d’une zone de support située aux alentours de 1673 $, il résiste mieux que prévu à l’augmentation du taux directeur de la Fed. La hausse de « seulement » 0,75 point a pu rassurer le marché des métaux précieux, dans un contexte où certains analystes prédisaient une hausse de 1 point de pourcentage. Mais l’or reste dans une tendance baissière. La hausse des taux d’intérêt nuit à cet actif qui ne rapporte pas d’intérêt. 

L’énergie

Les prix du pétrole ont chuté après les communiqués de la Fed. Le marché de l’énergie craint de voir la hausse des taux d’intérêt faire ralentir la croissance économique, ce qui conduirait à une baisse de la demande de carburant. Aujourd’hui, le contrat à terme continu sur le Brent gagne 0,69 %, après avoir perdu hier 0,87 %.

La chronique LYNX 22092022 - graphique future Brent

À surveiller

Aujourd’hui, à 13h, la Banque d’Angleterre fera connaître sa décision de politique monétaire.

Les marchés mondiaux

En Europe, les marchés d’actions sont moroses après la décision de la Fed et avant celles de la Banque d’Angleterre et de la banque centrale suisse. À 12h, le Stoxx 600 connaît une baisse de 0,83 %. Chez Euronext Paris, le CAC 40 recule de 0,78 %. Parmi les gagnants de la matinée, on compte Société Générale (+4,01 %), ArcelorMittal (+2,35 %) et Danone (+1,69 %). Les perdants sont Unibail-Rodamco-Westfield (-2,94 %), Publicis Groupe (-1,83 %) et Legrand (-1,48 %).

Mardi, les indices de Wall Street ont chuté avant la réunion de la banque centrale américaine, qui pourrait déboucher sur une forte hausse du taux directeur de la Réserve fédérale. Le S&P 500 se maintient sous les 3.900 points, un niveau qui était jusqu’à présent perçu comme une zone de support, mais que l’indice a franchi à chacune des trois dernières séances. Les marchés craignent de voir la hausse des taux d’intérêt déclencher une crise économique aux États-Unis. Et ces craintes ont été renforcées hier par la chute de l’action Ford (-12,32 %). Le constructeur automobile a fait savoir que le coût que l’inflation lui ferait supporter lors de ce trimestre s’élèverait à 1 milliard de plus que ce qui était initialement prévu. L’entreprise de Detroit a également indiqué qu’une pénurie de pièces détachées avait entraîné des retards de livraison.

Le nombre de permis de construire concernant des logements privés a baissé en août de 10 % aux U. S. A. Il s’est élevé à 1517 millions, ce qui représente son plus bas niveau des deux dernières années. La baisse de cet indicateur avancé n’annonce rien de bon pour l’économie et les actions américaines.

Les devises, l’or

L’indice du dollar a grimpé hier, avant la réunion de la Réserve fédérale. Il s’est rapproché des 110,79 points, son plus haut niveau des vingt dernières années. Le billet vert a profité de la hausse du rendement des bons du Trésor américain à 2 ans, avec lequel il entretient souvent une corrélation positive. Ce rendement a atteint un pic à 3,992 %, son plus haut niveau des quinze dernières années. Les mêmes causes ont produit l’effet inverse sur le contrat à terme continu sur l’or, qui a chuté de 0,42 %.

L’énergie

Affaiblis par la force du dollar, les prix du pétrole ont chuté mardi dans le cadre d’une tendance baissière qui dure depuis début juin. Le marché de l’énergie craint de voir les hausses de taux d’intérêt décidées par les banques centrales faire ralentir la croissance. Un ralentissement économique mondiale ferait en effet baisser la demande de carburant. Aujourd’hui, à 12h, le contrat à terme continu sur le Brent gagne cependant 2,43 % après la mobilisation des réservistes décrétée par la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine. La menace que cette décision fait planer sur l’offre de pétrole fait grimper les cours.

La chronique LYNX 20092022 - graphique future Brent

À surveiller

Aujourd’hui, à 20h, la Fed fera connaître sa décision de politique monétaire. Demain, ce sera le tour de la Banque d’Angleterre de faire connaître la sienne.

Les marchés mondiaux

En Europe, les indices des marchés d’actions rebondissent légèrement après avoir lourdement chuté lors des deux séances précédentes. À 12h, le Stoxx 600 connaît une hausse de 0,37 %. Chez Euronext Paris, le CAC 40 grimpe de 0,26 %. Parmi les gagnants de la matinée, on compte Thales (+4,96 %), Air Liquide (+1,17 %) et Pernod Ricard (+1,04 %). Les perdants sont Renault (-2,39 %), Société Générale (-1,51 %) et Worldline (-1,50 %).

Les actions américaines ont enregistré un rebond lundi. Le S&P 500 a grimpé de 0,69 %. Après avoir entamé la séance dans le rouge, les valeurs technologiques ont permis au Nasdaq Composite de terminer dans le vert (+0,76 %). Une vague d’achats à bon compte a permis à des titres comme Meta Platforms (+1,18 %) et Apple (+2,51 %) de regagner le terrain perdu initialement. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans a atteint son plus haut niveau des onze dernières années avant la réunion de politique monétaire de la Fed de demain.

La Réserve fédérale pourrait décider une hausse de son taux directeur de 0,75 point de pourcentage et suggérer des hausses supplémentaires dans les prochains mois. Cette perspective a aidé les valeurs bancaires telles que Bank of America (+3,21 %), puisque la hausse des taux d’intérêt aide les banques à améliorer leur marge d’intermédiation bancaire.

Tous les secteurs du S&P 500 ont progressé hier, sauf l’immobilier et les soins de santé. Ce dernier secteur a perdu 0,54 % après les déclarations du président américain concernant la COVID-19. Joe Biden a décrété lors d’un entretien accordé à CBS que « la pandémie était terminée ». Dans ce contexte, le titre du fabricant de vaccins Moderna a lourdement chuté (-7,14 %).

Les devises, l’or

Ce mardi, l’indice du dollar continue à se situer près de son cours de clôture record des vingt dernières années (110,251 points). La prochaine décision de la Fed laisse augurer une hausse des taux d’intérêt aux États-Unis, ce dont profiterait le billet vert.

Le contrat à terme sur l’or évolue latéralement près de sa zone de support, légèrement au-dessus des 1670 $. Le marché des métaux précieux attend d’en savoir plus sur la politique de la Fed mais craint l’annonce de nouvelles hausses brutales des taux d’intérêt.

L’énergie

Les prix du pétrole enregistrent des gains en ce début de semaine. Aujourd’hui, le contrat à terme continu sur le Brent gagne 0,30 % à 12h. La levée des confinements liés à la COVID-19 dans plusieurs zones de Chengdu, dans la province du Sichuan, fait espérer un rebond des importations chinoises de pétrole. Mais la tendance reste baissière sur le marché de l’or noir à l’heure où les investisseurs s’inquiètent de l’effet qu’aurait sur la demande de carburant une baisse de la croissance mondiale.

La chronique LYNX 20092022 - graphique future Brent.jpg

À surveiller

Aujourd’hui, à 14h30, on connaîtra l’indice canadien des prix à la consommation pour le mois d’août.

Les marchés mondiaux

En Europe, les indices des marchés d’actions évoluent de façon volatile avant les décisions de politique monétaire des banques centrales américaine, suisse et britannique. À 12h, le Stoxx 600 connaît une baisse de 0,74 %, après un plus haut de 411,77 points bien au-dessus du cours de clôture de la veille. Chez Euronext Paris, le CAC 40 recule de 0,99 %. Parmi les gagnants de la matinée, on compte Worldline (+0,55 %), Stellantis (+0,53 %) et Kering (+0,29 %). Les perdants sont Teleperformance (-4,08 %), Eurofins Scientific (-3,83 %) et ArcelorMittal (-2,85 ).

Les trois grands indices de Wall Street ont enregistré des pertes vendredi dernier et atteint des niveaux qu’ils n’avaient pas connus depuis la mi-juillet. Dans un contexte marqué par une forte inflation, une hausse des taux d’intérêt et une faible croissance, le S&P 500 a clôturé sous la barre des 3.900 points. Quant au Nasdaq Composite, il a perdu 5,48 % sur l’ensemble de la semaine, ce qui représente la pire baisse hebdomadaire qu’il ait connue depuis la semaine du 6 juin.

En fin de semaine dernière, les craintes concernant la santé de l’économie mondiale ont été renforcées par les déclarations de FedEx. La société de livraison de colis a rapporté un ralentissement de son activité fin août. Elle s’attend également à une nouvel affaiblissement de la demande lors du trimestre en cours. Ces mauvais résultats ont même conduit l’entreprise à annuler ses prévisions financières annuelles. Vendredi, le titre FedEx a chuté de 21,40 % !

Les devises, l’or

L’indice du dollar connaît une tendance haussière depuis la fin de mai 2021. Mais il donne des signes d’affaiblissement sur son graphique journalier. Il peine à dépasser son plus haut du 6 septembre. Si le cours passait sous la ligne de cou que nous avons tracée (cf. notre ligne pointillée), il achèverait ainsi la formation d’une figure tête-épaules qui enverrait un signal baissier sur ce marché. Ce lundi, à 12h, il progresse de 0,42 % avant la réunion de la Réserve fédérale.

Le contrat à terme sur l’or poursuit sa descente aux enfers ce lundi. À 12h, il perd 0,66 % pour se situer à près de 1673 $. Il approche maintenant de la zone des 1670 $ qui lui sert de support depuis avril 2020. S’il clôturait sous ce niveau clé, on aurait affaire à un nouveau signal baissier sur ce marché.

L’énergie

Ce lundi, le contrat à terme continu sur le Brent se maintient près de son plus bas des sept derniers jours (90 $). La hausse du dollar et la perspective d’une baisse de l’activité économique provoquée par la hausse des taux d’intérêt continuent à nuire au prix du baril.

La chronique LYNX 19092022 - graphique future Brent.jpg

À surveiller

Demain, on prendra connaissance de la dernière valeur de l’indice allemand des prix à la production. Mais le grand rendez-vous de la semaine est la réunion de politique monétaire que tiendra la Fed. Les marchés s’attendent à voir le taux directeur de la banque centrale américaine augmenter de 0,75 point. Mais une hausse de 1 point de pourcentage reste possible. On peut s’attendre à ce que les marchés intègrent cette possibilité dans les cours jusqu’à la réunion de mercredi.

Les marchés mondiaux

En Europe, les actions en général et les valeurs technologiques en particulier souffrent de la perspective d’une forte hausse des taux aux États-Unis. À 12h, le Stoxx 600 connaît une baisse de 0,88 %. Chez Euronext Paris, le CAC 40 recule de 1,64 %. Parmi les grands perdants de la matinée, on compte L’Oréal (-3,37 %), Unibail-Rodamco-Westfield (-3,14 %) et Schneider Electric (-3,07 %).